COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Trop tôt pour se prononcer

Découvrez ce que vos appareils numériques disent sur votre santé. S’agit-il de données utiles pour les diagnostics et les traitements, ou d’une atteinte à la vie privée? Cela dépend de nous.

04.23.2020 - Société Fiduciary Trust du Canada

Dans le monde du poker, on parle de signes – à savoir les gestes physiques ou verbaux d’un joueur qui révèlent aux autres joueurs des informations précieuses sur son jeu.[1] En outre, dans la vie de tous les jours, les signes que nous envoyons en disent long sur notre comportement et encore plus long sur notre santé.

Avec les appareils numériques, comme les téléphones intelligents, les ordinateurs prêt-à-porter (p. ex., les moniteurs d’activité physique) et les haut-parleurs intelligents, nous laissons derrière nous une longue trace de signes, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Notre choix de mots, notre voix, notre sommeil, nos activités de loisirs, où nous allons, la façon dont nous tapons sur le clavier sont tous des signes qui génèrent des données essentielles à un domaine de recherche qui est en plein essor. Il s’agit du phénotypage numérique et cette discipline est en train de nous aider à trouver l’un des plus importants morceaux du casse-tête qui manquaient en médecine, à savoir la compréhension détaillée du comportement permanent des patients. Ce que nous disons ou non à notre médecin, que ce soit intentionnel ou par erreur, peut faire en sorte d’écarter des indices qui auraient été importants pour l’établissement d’un diagnostic ou d’un traitement, pour aujourd’hui et au fil du temps. Dans une étude, des scientifiques ont analysé la façon dont les gens utilisaient leur téléphone pour prévoir qui développerait la maladie de Parkinson, et 100 % de leurs prédictions se sont vérifiées.[2]

Récolter d’énormes quantités de données générées de façon passive par les utilisateurs est une chose, mais analyser ces données et en tirer des résultats significatifs est une tout autre tâche basée sur des algorithmes. À l’heure actuelle, le phénotypage numérique comporte trois principaux champs de recherche et de développement des affaires : le filtrage et le diagnostic des patients, la surveillance des symptômes et les interventions.[3]   

En ce qui a trait à la recherche, le marché des soins de santé numérique est en pleine croissance et il devrait atteindre les 206 milliards de dollars en 2021.[4] Les entreprises émergentes du domaine du phénotypage numérique deviendront des participants actifs à ce marché. Prenons l’exemple de Mindstrong, Inc.; cette entreprise a développé une application censée agir comme un « détecteur de fumée » pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. En surveillant plus de « 1 000 points de données liés à des téléphones intelligents », l’application cherche des signes qui accompagnent souvent la dépression.[5]

Les possibilités d’améliorer notre santé, d’établir des liens entre le phénotypage numérique et la recherche en génétique, de combler l’écart entre les comportements et la tendance grandissante vers la médecine de précision, c’est-à-dire personnaliser les traitements pour chaque patient, sont étonnantes.

Il va sans dire que l’on peut s’interroger quant au respect de la vie privée des personnes, à l’utilisation des données et à la propriété des données. Où sont les limites aujourd’hui et où seront-elles dans l’avenir? Il faut absolument créer un cadre où l’intégrité de l’utilisation des données et les possibilités d’améliorer notre santé trouvent un équilibre. Notre comportement révélera, à bien des égards, le fin mot de cette histoire.

 

 

1. Zachary Elwood et Giovanni Angioni, « Common Poker Tells: How to Read People in Poker », PokerNews , 4 décembre 2019, https://www.pokernews.com.

2. Lois Parshley, « Our phones can now detect health problems from Parkinson’s to depression. Is that a good thing? », Vox, 12 février 2020, https://www.vox.com.

3. Lois Parshley, « Our phones can now detect health problems ».

4. Lois Parshley, « Our phones can now detect health problems ».

5. Natasha Singer, « How Companies Scour Our Digital Lives for Clues to Our Health », The New York Times , 25 février 2018, https://www.nytimes.com.

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Restons fidèles aux fondamentaux

04.23.2020 Scott Guitard, vice-président et gestionnaire de portefeuille

Sous l’angle d’une approche descendante et ascendante, voici un aperçu détaillé des paramètres fondamentaux à l’œuvre et la raison pour laquelle ils sont toujours importants.

PROCHAINE PUBLICATION

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Reconnaître un rugissement

04.22.2020 Ian Riach, Chef des placements

L’expression « sans précédent » caractérise bien le premier trimestre – de la volatilité des marchés aux mesures de relance budgétaire et monétaire partout dans le monde. Voici notre revue du trimestre.

PUBLICATION PRÉCÉDENTE