COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Le grand débat sur l’inflation

Alors que les opinions sur la question de l'inflation ne cessent de se propager, nous nous intéressons plutôt à comprendre ce qu'est l'inflation et ses répercussions sur votre porte-monnaie et votre portefeuille.

04.28.2021 - Giles Marshall, vice-pr�©sident et gestionnaire de portefeuille

Sommes-nous sur le point d’assister à un retour de l’inflation? Après une longue période de désinflation (recul de l’inflation), le débat quant à un éventuel retour de l’inflation est désormais un thème de placement déterminant pour 2021.

Nous pensons bien connaître l’inflation, mais est-ce vraiment le cas? Il existe deux façons de définir l’inflation.

  • Dans le premier cas, on définit l’inflation comme l’augmentation des prix d’un panier de biens et services dans une économie qui se mesure par l’indice des prix à la consommation (IPC). Au Canada, l’IPC mesure les prix de huit composantes, dont les aliments et le logement, mais aussi ceux des boissons alcoolisées, des produits du tabac et du cannabis récréatif.
  • Plutôt que de suivre les variations de prix de centaines de biens, il est possible de mesurer l’inflation en fonction de la baisse du pouvoir d’achat d’une monnaie donnée au fil du temps. Dans ce cas, cette façon de définir l’inflation est susceptible d’en donner une meilleure évaluation, car elle tient compte de façon implicite des prix des actifs, contrairement à l’IPC.

Dans un cas comme dans l’autre, l’inflation et ses conséquences ne sont pas toujours bien comprises, sans doute car elle s’est fait plutôt rare, du moins dans les pays développés, sauf en temps de guerre et durant la période allant de la fin des années 1960 jusqu’à presque la fin des années 1970. Depuis cette période, soit les 40 dernières années et plus, l’inflation a reculé ou stagné, comme le montre le graphique de l’IPC au Canada. La tendance est principalement attribuable aux technologies, à la mondialisation, aux tendances démographiques, à la déréglementation et à l’endettement accru.

Une trajectoire étonnante

À la sortie de la crise financière mondiale de 2008-2009, les banques centrales ont adopté des politiques monétaires très expansionnistes, sous la forme de mesures d’assouplissement quantitatif (AQ) et de taux d’intérêt nuls ou négatifs, et il était attendu qu’on assiste à un retour de l’inflation. Or, l’inflation n’a pas suivi la trajectoire attendue pour des raisons qui sont au centre du débat à l’heure actuelle. Pour lutter contre la COVID-19, les banques centrales se sont nettement mieux concertées et se sont montrées plus déterminées à mettre en place des politiques monétaires énergiques qu’après la crise financière mondiale. Un autre point peut-être plus important à souligner est le fait que les politiques monétaires ont été accompagnées par des mesures de relance budgétaires d’une ampleur extraordinaire visant ni plus ni moins à compenser les revenus perdus. En temps et lieu, d’autres dépenses publiques seront probablement consacrées aux infrastructures, notamment.

Certaines composantes de l’IPC, en particulier les prix des biens, sont déjà en hausse sur 12 mois en raison de l’augmentation du coût des intrants. Étant donné la déflation qui a eu lieu pendant les premiers mois de confinement causé par la pandémie de COVID-19, nous nous attendons presque certainement à une hausse de l’inflation d’ici la moitié de l’année 2021 sous l’effet de la comparaison sur 12 mois. En raison des mesures prises conjointement par les banques centrales et les gouvernements, l’inflation pourrait s’accélérer pendant une période prolongée, mais la question est loin d’être tranchée. La capacité excédentaire, le taux de chômage élevé et l’effet désinflationniste des changements technologiques sont susceptibles d’atténuer les conséquences des mesures mises en place.

L’inflation mesurée par l’IPC pourrait s’atténuer plus tard cette année. Or, selon l’inflation dont la mesure tient compte de l’augmentation des prix des actifs, il est normal à mon avis de croire que nous en ressentons les effets depuis longtemps déjà, car notre dollar ne semble plus nous procurer le même pouvoir d’achat. L’inflation a des conséquences positives et négatives sur les actions et les titres à revenu fixe et c’est pourquoi nous continuons de suivre la situation de près. Quant au débat sur la trajectoire de l’inflation, il est possible que nous abordions ce sujet avec vous dans nos discussions sur votre portefeuille.

Inflation au Canada, variation de l’indice des prix à la consommation sur 12 mois, de janvier 1945 à février 2021

 

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Les questions cruciales du règlement d’une succession

04.28.2021 Thomas E. Junkin, premier vice-pr�©sident, Services de fiducie personnelle et Exploitation

Combien vais-je hériter et quand vais-je le percevoir? Ce sont ces questions qui occupent l'esprit des ayants droit. En qualité d'exécuteurs testamentaires, nous procurons les réponses.

Les questions cruciales du règlement d’une successionPROCHAINE PUBLICATION

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Les ventes résidentielles en un clic

02.16.2021 Soci�t� Fiduciary Trust du Canada

Dans un marché immobilier résidentiel canadien actif, les « acheteurs instantanés » sont un phénomène à surveiller.

Les ventes résidentielles en un clicPUBLICATION PRÉCÉDENTE