COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Le Canada ragaillardit les investisseurs

Le premier trimestre a apporté son lot de bonnes nouvelles pour l'industrie canadienne. Darcy Briggs et Les Stelmach se penchent, respectivement, sur les titres à revenu fixe et les actions du pays.

04.28.2021 - Soci�t� Fiduciary Trust du Canada

Quel regard les investisseurs devraient-ils poser sur le Canada, en raison de l’actuel bras de fer entre la COVID-19 et le retour à la normale de la vie et de l’économie? La vaccination progresse et les perspectives s’améliorent. Dans ce contexte, Darcy Briggs et Les Stelmach font part de leurs points de vue sur les occasions qui se présentent et sur les obstacles prévus.

Q : Comment décririez-vous la conjoncture pour les actions et obligations canadiennes?

Les Stelmach : Pardonnez-moi de recourir à un cliché, mais nous faisons montre d’un optimisme prudent. Nous sommes prudents, puisque les valorisations boursières ont été généralement gonflées en raison d’une longue période de taux extrêmement bas. Nous sommes aussi optimistes, puisque nous repérons des occasions de valeur dans certains secteurs du marché, en particulier au Canada, et elles sont actuellement bien représentées dans nos portefeuilles.

Nous savons que les investisseurs comparent souvent les marchés américains et canadiens. Pour la première fois depuis des années, le rendement a favorisé les actions canadiennes, surtout au début de 2021. La bulle des technologies de l’information s’est un peu dégonflée, en particulier du côté des titres peu rentables. Cette situation a un effet disproportionné aux États-Unis, en raison de la pondération considérablement plus élevée de ce secteur dans ce marché. À mesure que l’économie redémarre, les sociétés qui avaient clairement profité des tendances liées à la COVID-19 (par exemple, le confinement), comme Amazon et Netflix, ont tiré de l’arrière. Au Canada, la pondération des secteurs de la finance et de l’énergie est beaucoup plus élevée, et ces deux secteurs ont démarré l’année en force, comme le montre l’amélioration des perspectives. Enfin, si on suppose que la croissance mondiale s’accélère à mesure que les vaccins sont distribués et que les mesures de confinement sont assouplies, le Canada est bien placé, puisqu’il est fortement axé sur l’exportation.

Darcy Briggs : Les titres à revenu fixe canadiens ont dégagé des rendements considérables l’an dernier, mais nous prévoyons des rendements plus modestes en 2021. Compte tenu du point de départ cette année, soit des taux d’intérêt très bas et des écarts de taux réduits, nous pensons que les obligations de sociétés offrent les meilleures occasions de rendement corrigé du risque dans le contexte actuel. En tant que gestionnaires actifs axés sur le rendement total, qui cherchent à générer un revenu et des gains en capital, nous savons que la sélection des obligations restera importante cette année. De légères fluctuations des taux d’intérêt peuvent produire des résultats sensiblement différents dans différents secteurs des titres à revenu fixe.

Par exemple, les taux d’intérêt ont grimpé de presque 100 points de base depuis le début de 2021[1] . C’est une forte variation, qui s’est traduite par des rendements négatifs inhabituels pour les marchés à revenu fixe depuis le début de l’année. Cependant, l’incertitude demeure élevée, et les prévisions pour le reste de 2021 varient sensiblement. Nous croyons que l’augmentation des taux d’intérêt a peut-être été exagérée, comme cela arrive parfois, et il ne serait pas surprenant qu’ils diminuent plus tard cette année. En fait, selon nous, le parcours qui nous attend sera cahoteux.

« Pour la première fois depuis des années, le rendement a favorisé les actions canadiennes, surtout au début de 2021. » - Les Stelmach

Q : Comment cela?

Darcy Briggs : En bref, nous sommes confrontés à une récession ou une quasi-dépression provoquée par une grave crise sanitaire et le confinement imposé par le gouvernement. Elle n’a pas été causée par les dynamiques habituelles du cycle économique. Grâce aux mesures budgétaires et monétaires, nous avons évité une crise financière généralisée, mais la capacité de ces outils à résoudre la récession en cours est limitée. Nous pensons qu’elle prendra fin quand la pandémie perdra du terrain et que l’économie sera entièrement rouverte, qu’elle fonctionnera comme avant la pandémie. Le rythme des progrès dépend essentiellement de la vaccination.

Les marchés seront confrontés à beaucoup de distorsions. Rappelons que c’est au deuxième trimestre de l’an dernier que tout s’est arrêté; les marchés se sont effondrés et les données ont atteint des creux prononcés. La comparaison des données sur 12 mois commence à prendre en compte cette période de données extrêmement faibles en 2020, et les marchés pourraient facilement grimper en flèche. Il faudra du temps pour déterminer ce qui compte. Une première vague de redémarrage de l’activité économique pourrait occasionner une réévaluation de la croissance et des craintes d’inflation temporaires. Mais lorsque ces mois d’enthousiasme initial seront passés, quels seront le scénario économique de base et les perspectives? Comment composerons-nous avec le surendettement et le retrait des mesures de relance budgétaire et monétaire? Compte tenu de ces facteurs, nous sommes d’avis que les investisseurs devraient s’attendre à une certaine volatilité à mesure que l’année avance.

Q : Où trouvez-vous des occasions?

Darcy Briggs : Sur le marché canadien des obligations de sociétés, les secteurs qui ont tiré parti du confinement, comme les communications et les médias ont inscrit les meilleurs rendements durant le confinement, mais une rotation est en cours vers les secteurs qui profiteront du redémarrage, comme les produits de base et l’énergie. Par exemple, si notre analyse prend en compte les conditions d’avant la pandémie et la transition sur plusieurs années vers d’autres sources d’énergie, nous restons optimistes à l’égard des titres de créance de sociétés énergétiques canadiennes sur notre horizon de placement. Il n’y a pas de risque considérable d’exploration ou de mise en valeur qui y est associé; les coûts ne varient pas et, à mesure que la demande prévue augmente, les flux de trésorerie feront de même, ce qui rendra ces obligations plus attrayantes du point de vue du crédit.

Dans le cadre de notre stratégie d’obligations essentielles plus, nous repérons aussi de bonnes occasions dans les obligations à rendement élevé, les nouveaux billets de capital à recours limité (BCRL), ainsi que les actions privilégiées et les marchés mondiaux des prêts. Soulignons que ces deux dernières catégories d'actif ont des caractéristiques défensives dans un contexte de hausse tendancielle des taux d’intérêt.

Les Stelmach : Même si nous ne privilégions pas l’un ou l’autre « thème », nous dénichons des occasions de placement dans plusieurs secteurs. Dans les technologies de l’information, nous misons sur OpenText, un fournisseur mondial de solutions de gestion d’entreprise. Plus de 75 % de ses revenus sont récurrents, ce qui procure de la stabilité et de la prévisibilité en ce qui concerne les flux de trésorerie futurs. La société a d’excellents antécédents de fusions et d’acquisitions qui ont créé de la valeur, et l’accroissement de son envergure a contribué à soutenir la majoration des dividendes.

Nous estimons que la valorisation d’Enbridge est attrayante. Puisque nous aurons besoin encore longtemps des hydrocarbures (malgré les scénarios de planification climatologique qui prévoient une transition rapide de l’énergie), les pipelines existants resteront très importants. Enbridge engendre des flux de trésorerie considérables grâce à ses contrats avec ses clients, son bilan est sain et son dividende, entièrement financé, est très intéressant. Nous pensons que ces caractéristiques font plus que compenser l’incertitude concernant la valeur finale de ses actifs, dans de longues années.

Dans les biens de consommation de base, Alimentation Couche-Tard (ATD) nous semble être une bonne occasion de placement. Cette société est un exploitant indépendant de dépanneurs et un détaillant de carburant pour le transport routier qui occupe une position dominante sur le marché en Amérique du Nord et dont la présence s’accroît en Europe, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Asie et au Moyen-Orient. Ce solide exploitant a augmenté son envergure au moyen de fusions et d’acquisitions méthodiques et de la réduction des coûts (approvisionnement en carburant, etc.). Au début de 2021, la société a fait part de son intention d’acquérir Carrefour, une chaîne française d’épiceries. Cette décision contrastait un peu avec l’accent que la société met sur les dépanneurs. Au bout du compte, l’offre a avorté à cause de l’opposition du gouvernement français. Cependant, le cours des actions a fléchi par suite de l’annonce initiale, et nous estimons qu’il est intéressant à son niveau actuel.

Q : Qu’est-ce qui devrait retenir l’attention des investisseurs?

Darcy Briggs : Prenez garde aux rumeurs, qu’elles concernent des événements sur les marchés, comme GameStop, le bitcoin ou le rythme de transition des sources d’énergie. Nous vivons dans une ère de bouleversements, où un changement de rumeur peut provoquer de très fortes fluctuations des marchés. Les investisseurs qui continueront à faire preuve de rigueur et à se concentrer sur les paramètres fondamentaux finiront par être récompensés.

Les Stelmach : Les taux de vaccination devraient continuer d’augmenter, mais nous croyons que l’amélioration de la conjoncture économique sera accompagnée de soubresauts. Ce n’est pas toute la population mondiale qui sera vaccinée en même temps. Par conséquent, une reprise attribuable au redémarrage de l’économie sera probablement inégale. Nous sommes d’avis que les investisseurs ont intérêt à ignorer le bruit quotidien pour se concentrer sur des placements dans des sociétés de grande qualité, bien capitalisées dont la valorisation est soutenue par des flux de trésorerie réels.

 

NOTES:

  1. Du 1er janvier au 18 mars 2021. Bloomberg L.P., https://www.bloomberg.com.

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Quelques mises en garde pour les citoyens américains

04.28.2021 David Cieslowski, vice-pr�©sident, conseiller en gestion de patrimoine

En qualité de citoyen américain résidant dans ce pays, sachez que les choix de placement canadiens ne sont pas tous bons pour vous.

Quelques mises en garde pour les citoyens américainsPROCHAINE PUBLICATION

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Les questions cruciales du règlement d’une succession

04.28.2021 Thomas E. Junkin, premier vice-pr�©sident, Services de fiducie personnelle et Exploitation

Combien vais-je hériter et quand vais-je le percevoir? Ce sont ces questions qui occupent l'esprit des ayants droit. En qualité d'exécuteurs testamentaires, nous procurons les réponses.

Les questions cruciales du règlement d’une successionPUBLICATION PRÉCÉDENTE