COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Logique des obligations

Le repli des taux obligataires a constitué une caractéristique déterminante du monde des placements au cours des 40 dernières années. Nous abordons le rôle des obligations et le rendement de la sélection de titres dans le contexte actuel.

08.03.2020 - Giles Marshall, vice-pr�©sident et gestionnaire de portefeuille

Quelle a été la caractéristique déterminante du monde des placements au cours des 40 dernières années? Il s’agit sans doute du déclin à long terme des rendements obligataires. Le graphique ci-dessous montre le rendement des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans au cours de la période de 40 ans entre le 31 mars 1980 et le 31 mars 2020.

La pente descendante des taux de rendement a avantagé le prix des obligations, fortement propulsé le cours des actions et offert un soutien indispensable en période de volatilité accrue comme lors de la Guerre du Golfe, de la crise financière asiatique, de la crise financière mondiale et, plus récemment, de la correction induite par la pandémie.

De toutes les conséquences imprévisibles de la crise financière mondiale de 2008-2009, le recul continu des rendements obligataires en a surpris plus d’un, étant donné l’ampleur des politiques monétaires mises en place par les banques centrales partout dans le monde. Les mesures d’assouplissement radical ont suscité des attentes généralisées selon lesquelles l’inflation ferait son apparition. Toutefois, au cours de la période de dix ans se terminant le 31 mars 2020, l’indice obligataire universel FTSE TMX Canada a inscrit un solide rendement total de 4,46 % annualisé[1]. En raison de l’incidence de la pandémie, les banques centrales ont de nouveau assoupli leur politique monétaire. Cette fois cependant, l’assouplissement a atteint une ampleur qui était inconcevable il y a quelques mois à peine. Le taux des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans s’établissant à seulement 0,53 % au 31 mai et les taux obligataires négatifs étant prépondérants dans la plus grande partie de l’Europe et au Japon, que nous réserve l’avenir et quel rôle peuvent jouer les obligations dans un portefeuille?

Traditionnellement, les obligations présentent les avantages de la préservation du capital, constituent une source fiable de revenus et procurent une protection en cas de volatilité des actions. Nous croyons qu’elles continueront de remplir ce rôle à court terme. Les attentes d’inflation sont toujours modérées et les prix des obligations devraient se cantonner à l’intérieur d’une fourchette. Cependant, en raison des mesures de détente monétaire déjà en place dans le système et de la possibilité que d’autres soient à prévoir, ainsi que d’un probable retour à un état antérieur de la mondialisation, des chaînes d’approvisionnement plus courtes et moins efficaces et des populations vieillissantes dans la plupart des marchés développés, la menace plane d’une augmentation potentielle de l'inflation à plus long terme. À court terme, à mesure que l’économie reprend ses activités, nous nous attendons à ce que la courbe de rendement reprenne sa pente ascendante normale, ce qui fera baisser le prix des obligations dans le segment à long terme.

Compte tenu de ces facteurs, nous conservons une duration globale (c.-à-d. une sensibilité aux taux d’intérêt) inférieure à celle de l’indice obligataire universel FTSE TMX Canada, tout en privilégiant les obligations de sociétés de catégorie investissement, qui offrent un meilleur rendement que les obligations gouvernementales.

Étant donné la faiblesse actuelle des rendements, le long épisode du marché haussier obligataire en est sans doute à ses derniers soubresauts. Cependant, à moins que l’inflation ne connaisse une forte accélération, ce qui semble peu probable pour le moment, nous croyons que les obligations continueront d’avoir un rôle à jouer dans un portefeuille équilibré. Ultimement, lorsque les attentes d’inflation s’accentueront, nous réduirons la pondération des obligations et augmenterons celle des actions afin d’obtenir une protection contre le risque d’inflation.

 

 


NOTES :

1. Source : FactSet, au 31 mars 2020.
2. Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), rendements à long terme des obligations gouvernementales : 10 ans : Données principales (y compris l’indice de référence) pour le Canada [IRLTLT01CAM156N], tirées de la Réserve fédérale de Saint-Louis; https://fred.stlouisfed.org/series/IRLTLT01CAM156N, 18 mai 2020

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Actions du secteur des technologies de l’information : quelle sera la prochaine étape?

08.03.2020 Soci�©t�© Fiduciary Trust du Canada

Jonathan Curtis à San Mateo discute des actions, des occasions émergentes et de la façcon dont la pandémie accélère le changement numérique.

PROCHAINE PUBLICATION

COMMENTAIRES SUR LES MARCHES

Démystifier la relation actuelle entre le marché et l’économie

08.03.2020 Kevin McLachlan, vice-pr�©sident et gestionnaire de portefeuille

Tandis que les économies et les marchés évoluent en sens contraire, les investisseurs peinent à comprendre cette anomalie évidente.

PUBLICATION PRÉCÉDENTE